Retour au site

Posts Tagged ‘saint valentin’

Les chat-up lines : la phrase de drague nulle, meilleur atout du séducteur British

Thursday, February 14th, 2013

 

En Grande-Bretagne, la séduction n’est pas une affaire simple. Les femmes en micro-robes panthère par moins dix degrés sans manteau semblent constamment chercher les hommes alors que ceux-ci semblent préférer boire des pints avec leurs mates (potes)… Pourtant, quand un mâle British se décide à séduire, il peut se transformer en poète (ou presque). En déclamant à celle qu’il a repérée une chat-up line (phrase pour draguer), plus ou moins célèbre ou de plus ou moins bon goût. Un sujet spécial Saint Valentin !

 

 

 

Typologie de la chat-up line

Si la chat-up line date de l’époque de Shakespeare ? On ne saurait le dire. On ne sait pas grand-chose sur l’histoire de ces phrases qui font le dragueur anglais. Pour n’en citer que quelques-unes…

 

Un classique, poli et poétique à souhait :

“Did it hurt when you fell out of Heaven?”

(Ça t’a fait mal quand tu es tombée du Paradis ?).

 

La chat-up line la plus populaire : “Do you believe in love at first sight or should I walk by again?”.

(Crois-tu à l’amour au premier regard ou dois-je repasser devant toi ?)

 

Plus coquine, mais aussi une des préférées des femmes qui l’ont entendue :

“Nice dress, it’d look good on my bedroom floor.”

(Jolie robe, elle serait superbe sur le sol de ma chambre).

 

Pourquoi les chat-up lines plaisent aux femmes ?

Selon les résultats d’un sondage publié dans le Daily Mail en 2010, plus de la moitié des femmes voient en un homme utilisant les chat-up lines humour et confiance en soi. Et la chat-up line est efficace ! 8% des femmes auraient laissé une chance au prétendant les ayant abordées ainsi et 1% aurait même pu entamer une vraie love story ! Du point de vue masculin, la chat-up line est une entrée en matière qu’ils jugent efficace. Certains regrettent même de ne pas l’utiliser plus souvent !

 

Pendant des années précédant le sondage, la chat-up line avait mauvaise presse, soi-disant réservée aux losers. Mais les temps ont changé ! Alors, mesdames, si vous entendez un homme vous susurrer : I miss my teddy bear. Will you sleep with me? (Mon nounours me manque. Tu veux bien dormir avec moi ?), avant de lui lancer un : get lost (dégage !), laissez-le peut-être engager la conversation.

 

F.A

 

Source : article librement adapté du dailymail.co.uk.

http://www.dailymail.co.uk/femail/article-1306557/Chat-lines-actually-work-Women-men-reveal-like-flirting-extra-cheese.html

Crédit photo : An array of Valentine’s Day-connotated candy decor / 13 February 2009 / Amanda (source Wikimedia / Flickr)

 

Claddagh ring : bague irlandaise d’amour

Monday, February 13th, 2012

 

 

 

A l’approche de la Saint Valentin, certains d’entre vous, lecteurs, feront le choix de vous déclarer auprès de votre bien-aimée par une bague, achat ô combien symbolique. Et si, pour changer du traditionnel solitaire, vous optiez pour un bijou tout aussi symbolique, peut-être moins cher et issu d’une tradition irlandaise : la « Claddagh ring », bague de Claddagh, très appréciée des plus grandes légendes du rock et du cinéma…

Symbolique Claddagh

Avec pour symboles deux mains pour l’amitié, un cœur pour l’amour et une couronne pour la loyauté, l’anneau de Claddagh est un cadeau pour le moins éloquent. Cette bague est née au XVIIe siècle dans le petit village de Claddagh, non loin de Galway, dans l’ouest de l’Irlande.

La  bague de Claddagh peut s’offrir comme bague de fiançailles ou alliance. Offerte entre amies, elle est gage d’amitié. Le sens que l’on attribue à ce bijou est en fait indiqué par la manière dont on le porte. Tout un langage bien utile à décoder pour éviter illusions et confusions…

MAIN GAUCHE : Un anneau de Claddagh porté avec la pointe du cœur vers soi indique que la personne est mariée. Avec la pointe du cœur vers l’extérieur, la bague montre que la personne est fiancée.

MAIN DROITE : Si la bague de Claddagh est portée avec la pointe du cœur vers soi, la personne est amoureuse. Enfin, si ce même anneau est porté avec la pointe du cœur vers l’extérieur, la personne est un cœur à prendre !

Mythique Claddagh

La bague de Claddagh est rattachée à plusieurs légendes. La plus célèbre d’entre elles est celle de Richard Joyce, jeune homme de Galway, parti aux Caraïbes pour y travailler mais fait prisonnier durant son voyage. Acheté comme esclave par un forgeron maure qui le forma à son art, Richard fabriqua une bague durant sa captivité pour l’offrir à la fille qu’il aimait, restée en Irlande. Libéré avec d’autres esclaves grâce au roi Guillaume III, Richard put rentrer chez lui, offrir la Claddagh à sa bien-aimée et l’épouser.

Niveau célébrités, on peut rattacher cette bague irlandaise à la culture rock. C’est le type d’alliance qu’avaient choisi d’échanger Jim Morrison,  leader des Doors avec Patricia Kennealy-Morrison, lors d’une cérémonie païenne de mariage. Les motifs représentés sur la bague de Claddagh servent de logo au groupe pop-rock écossais Simple Minds.

Au cinéma, la célèbre bague irlandaise est revenue en force au début des années 2000 à la main de l’héroïne de la saga télévisée Buffy et les vampires.  

Alors, amoureux mordus de rock et de séries vampiriques, choisissez la bague de Claddagh ! L’élue de votre cœur se sentira bien plus unique que si elle portait un solitaire au doigt…

F.A

Source : Wikipédia

Crédit photo : “Gold Royal Claddagh Ring” by Royalcladdagh

“Be my Anti-Valentine!”, ou comment fêter l’anti Saint-Valentin à Londres

Friday, February 12th, 2010

 

    Dimanche, c’est la Saint-Valentin et comme chaque année, les Anglais vont dépenser presqu’autant d’argent que pour le réveillon du 31 décembre.

    

     Et oui, la fête des amoureux est devenue outre-Manche une grande affaire commerciale qui, à force de matraquage publicitaire à coups de coeurs rouges à toutes les sauces, a  fini par en écoeurer plus d’un.

      Amoureux ou pas, mais surtout armés de leur sens de la dérision légendaire, de plus en plus d’Anglais passent leur soirée de la Saint-Valentin dans des soirées anti Saint-Valentin ! Une des plus réputées porte le titre évocateur de “Down With Dating” (déprimé par le “dating”).

     Organisée par les instigateurs éternellement déprimés des soirées “Feeling Gloomy” (se sentir cafardeux), vous n’y entendrez que des chansons ultra-déprimantes, aux mélodies anti-romantiques et qui ne parlent que de désespoir amoureux.

     Plus coquine, la soirée “The Seven Sins of Soho” (les sept péchés de Soho) vous entraînera dans un savoureux mélange de burlesque, de cocktails qui portent les noms des sept péchés capitaux et de rythmes électro envoûtants…

    Et pour les couche-tôt, pourquoi ne pas essayer les “Valentine’s Bedtime Story Nights” (histoires de “valentine” pour s’endormir le soir) ? Mais attention, le dress code est strict : pyjamas ou robes de chambres sont de rigueur pour pouvoir écouter des histoires horribles à ne pas dormir la nuit…

   

     Et la liste de ces soirées alternatives n’est pas exhaustive. Alors oubliez les bouquets de fleurs et les coeurs rouges et laissez-vous tenter par une aventure anti Saint-Valentin.

    

     Qui sait ? Vous y rencontrerez peut-être l’anti-Valentin(e) de vos rêves !

 

 

- Down with Dating, http://www.feelinggloomy.com/main.html

- The Seven Sins of Soho, au Kingly Club : http://www.kinglyclub.co.uk/

- Valentine’s Bedtime Story Nights, à l’hôtel 40 Winks : http://www.40winks.org/

E.B.

Mais où est passée l’English Rose ?

Friday, February 12th, 2010

 

     Si la rose est le symbole de l’Angleterre, l’English Rose est, dans l’imagerie populaire, une femme au teint de porcelaine, élégante, douce et proche de sa famille. On l’imagine, assise dans un salon et sirotant un thé avec d’autres dames, aussi délicates qu’elle.  Elton John, dans son hommage à Lady Di, Candle in the Wind, faisait allusion à cette English Rose, qui venait de s’éteindre. Parmi les survivantes de cet idéal féminin, on cite régulièrement Keira Knightley et Kate Winslet, sexy certes, mais chics et discrètes,  que l’on pourrait opposer à Amy Winehouse et Lily Allen (encore elle !), les bad girls de service.

      En effet, certains déplorent que les jeunes Anglaises soient à présent plus célèbres pour leurs tops échancrés portés sur micro-jupes rose fluo et leur langage fleuri… L’English rose aurait-elle disparu ? Ce cliché fait d’autant plus débat qu’il pourrait avoir des connotations racistes, sous-entendant que seule une Anglaise de souche pourrait être une authentique English Rose

       Pourtant, l’English Rose s’offre un revival depuis 2004. Elle est belle et solide, malgré son apparente fragilité et on la trouve encore dans un salon. Mais il ne s’agit pas d’une femme. Cette fois, c’est une fleur, artisanalement fabriquée en cuir. Sa créatrice s’appelle Louise Hugill et sa griffe (les roses ont des épines, mais bon…) : The English Leather Rose. Cette rose de cuir, disponible dans divers coloris, reprend donc le symbolisme de l’amour éternel propre à la rose, d’autant plus qu’elle car ne fane jamais, ornant salons, comme nous le disions mais aussi bouquets de mariée ou chambres à coucher… Effectivement, la rose de cuir bleu et noir reprend les couleurs du drapeau SM. Si le noir symbolise l’autorité, le bleu symbolise la confiance ; vous comprendrez donc le message de votre bien-aimé s’il vous offre pareille fleur…

     Qui a osé penser que l’English Rose avait complètement disparu ? Cette fleur, version cuir, s’invite maintenant dans votre alcôve et pourquoi pas en cette Saint Valentin ? Pour célébrer un amour (coquin ?!) qui ne fane jamais…

http://www.englishleatherrose.com/

F.A