Retour au site

Posts Tagged ‘humour’

“Friday, I’m In Love”, épisode 3 : Comedy Speed Dating

Friday, September 23rd, 2011

C’est sur une pointe d’humour que nous avons décidé de clore la série Friday I’m In Love. Et surtout, de finir en beauté, sur une rencontre ! Si vous êtes toujours désespérément à la recherche de l’âme soeur, essayez le Comedy Speed dating ! Une soirée où rire et speed dating pourraient bien être les catalyseurs d’une réaction chimique amoureuse…

 

Rien de tel que le rire pour décoincer l’atmosphère et casser la glace entre les gens. C’est en partant de ce postulat que les deux charmantes organisatrices de la Comedy Speed Dating Night ont eu l’idée de créer cette soirée speed dating poilante. Elle s’articule autour d’humoristes qui viennent faire leurs sketchs entre deux tours de speed dating. “On en avait marre des soirées speed dating classiques frustrantes, qui se soldaient par un défilé de types dont on ne faisait même plus l’effort de retenir le prénom. Il manquait quelque chose à la formule : le rire”, déclare Polly Anna, l’une des créatrices du concept.

 

Et l’effet humour fonctionne. Les tables où ces demoiselles reçoivent la compagnie d’un homme toutes les 3 minutes sont espacées autour de la petite scène de l’Up The Creek, un pub charmant de Greenwich réputé pour ses soirées “Comédies”. Les humoristes se lâchent sur les thèmes de l’amour, du sexe, des rencontres et prennent à partie le public et l’ambiance tourne au cabaret. On est aux antipodes d’une soirée aseptisée de speed dating classique…

 

Il est presque 11h et aucun des protagonistes ne semble avoir vu le temps passé – Dieu merci, le bar reste ouvert une bonne heure de plus – Polly Anna et sa charmante associée ramassent les fameuses cartes de scores, indissociables des soirées speed dating. Elles annoncent qu’elles donneront les résultats par email dans une paire de jours. Mais c’est à une classe de cancres que les demoiselles s’adressent. A défaut de trouver un amoureux, il semble que chacun ait au moins trouvé un partenaire … pour rire.

 

EB

 

 

Les soirées de Comedy Speed Dating se déroulent une fois par mois, le mercredi soir : http://www.up-the-creek.com/

Bright Club : Quand rire n’empêche surtout pas de réfléchir

Tuesday, July 19th, 2011

Au Bright Club, non seulement les grands esprits se rencontrent mais ils se fendent aussi la poire ! Deux fois par mois, dans un pub du cœur de Londres, des universitaires se mêlent à des humoristes pour aborder avec le plus grand humour des thèmes aussi hétéroclites et variés que le monde, la nourriture, ou encore tout ce qui est gros ! Bienvenue au Bright Club, où rire et réfléchir font bon ménage.

 

Toutes les deux semaines, on fait la queue devant le Wilmington Arms pour assister à une des fameuses soirées de Bright Club. “Pourquoi aller au pub quand on peut aller au Bright Club, interroge Juliet, une adepte des soirées du “club intelligent”, on y trouve tous les avantages du pub, et en plus on apprend toujours quelque chose en rigolant!”, poursuit-elle. Juliet, comme de plus en plus de Londoniens, est une adepte de ce club qui existe depuis deux ans. C’est à deux scientifiques de UCL (University College London), Steve Cross et Miriam Miller, que l’on doit le brevet de cette idée fumeuse.

 

Mettre au placard la timidité des scientifiques

 

Ils sont partis du postulat que la taille du fossé entre ceux qui détiennent le savoir et ceux qui en ont soif n’allait pas en diminuant. “Toute ma vie, j’ai traité des sujets objectifs. D’où mon manque d’aptitude naturelle et d’expérience dans les relations avec les gens”, a déclaré Einstein lorsqu’on lui a demandé en 1952 de devenir le président d’Israël. Et le génie de la physique quantique n’est pas le seul à ne pas se sentir à l’aise en société. Des chimistes aux pulls troués par des giclements d’acide aux mathématiciens qui ont du mal à redescendre de leurs nuages qui tendent vers l’infini, les scientifiques ont bien souvent un dénominateur commun : la timidité et, conséquemment, toutes les peines du monde à communiquer leur savoir et leurs trouvailles. Alors pourquoi ne pas se faire rencontrer des humoristes et des scientifiques pour aider ces derniers à surpasser leur timidité ?

 

Apprendre et transmettre en rigolant

 

 C’est ainsi que naît en mai 2009 la première soirée du Bright Club. “On a juste donné aux intervenants quelques tuyaux très simples : partir de détails ou d’exemples, avoir des opinions fortes et rebondir quand le public réagit”, explique Miriam. Et depuis, la mayonnaise n’a jamais cessé de prendre puisque le Bright Club est passé d’un rendez-vous mensuel à une soirée tous les quinze jours et qu’il a fait des petits dans d’autres villes du Royaume-Uni telles que Cardiff.

 

 D’un physicien qui vulgarise, à coups de grands gestes, le fonctionnement de l’accélérateur de particules du CERN à Strawberry & Cream, deux chanteuses qui passent des particules à des chansons sexys qui tournent autour du thème de la soirée : “big”, Juliet se régale tout comme ses comparses. Les rires fusent et l’expression “faire un bide” ne fait pas partie du vocabulaire des soirées du club intelligent. “Le Bright Club, c’est aussi super pour rencontrer des gens avec qui on a des atomes crochus !”, conclut Juliet sur qui visiblement le sens de l’humour ambiant a déteint !

 

bright club

 

 

Prochaine soirée du Bright Club, le 19 juillet : http://www.brightclub.org/

E.B.